Le premier smartphone pliable au monde dévoilé

Le premier smartphone pliable au monde a été mis en vente par une start-up californienne, battant à plate couture des entreprises comme Samsung.

Royole, spécialiste des écrans flexibles, a dévoilé le téléphone « FlexPai » lors d’un événement à Pékin. Il dit qu’il commencera à expédier l’appareil, une combinaison entre un téléphone intelligent et une tablette, en décembre.

Les écrans flexibles permettent d’afficher des téléphones à grand écran qui peuvent se rabattre pour tenir dans une poche. Comme les écrans sont devenus plus grands ces dernières années, les consommateurs ont dû sacrifier la portabilité, et les écrans courbes sont considérés comme une solution possible.

Ils ont été une ambition pour de nombreux grands fabricants de smartphones, mais les entreprises ont lutté pour s’assurer que les écrans sont d’une qualité suffisante et assez abordable pour plaire aux consommateurs.

Samsung, qui a dévoilé pour la première fois un prototype de téléphone flexible en 2008, a déclaré qu’il prévoit de dévoiler un combiné pliable d’ici la fin de l’année, et devrait montrer ses efforts à un événement la semaine prochaine. Apple a déposé des brevets pour ses propres écrans flexibles, tandis que LG devrait dévoiler les siens dans les mois à venir.

Royole, qui a été fondée par des diplômés de l’Université de Stanford en 2012, dit qu’elle a développé un écran léger et incassable. Ses autres produits comprennent des T-shirts et des chapeaux haut de gamme avec des écrans enroulés autour d’eux.

Le téléphone FlexPai fonctionne sur une version du système d’exploitation Android de Google adaptée aux écrans pliants. Il coûtera entre 8 999 et 12 999 yuans (1 000 à 1 450 livres sterling) selon les spécifications techniques.

L’écran du téléphone mesure 7,8 pouces d’un coin à l’autre, mais lorsqu’il est plié en deux, son logiciel s’ajuste pour afficher toutes ses informations sur une moitié de l’écran. Royole a déclaré que son présentoir pouvait être plié plus de 200 000 fois avant qu’il ne soit susceptible de se briser.

Parmi les investisseurs de Royole figurent la société de capital-risque IDG Capital, basée à Boston, et Shenzhen Capital Group, fondé par le gouvernement de la ville chinoise.

Auteur de l’article : Philippe